Un opéra contemporain de Kurt Weil

« Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny »

Kurt Weill

 « Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny » est un opéra contemporain en trois actes. Le livret a été écrit par Bertolt Brecht , un dramaturge allemand marxiste dont l’œuvre a été interdite sous le régime nazi. La musique elle, a été composée par Kurt Weill, un compositeur allemand juif et communiste. La première représentation du spectacle a lieu le 9 mars 1930, dès lors, il est interdit. Bien qu’à la base les paroles soient écrit en allemand par Brecht, le texte est finalement traduit en anglais par Elisabeth Hauptmann.

Betltolt Brecht et Kurt weil

 Le spectacle raconte la naissance, l’apogée puis la chute d’une ville crée par 3 bandits dans le sud-est américain : Mahagonny. Cette ville est à la base une ruse des bandits pour piller l’argent des chercheurs d’or, mais elle devient ensuite un lieu de débauche où règnent l’alcool, le jeu (particulièrement combats de box et paris), ainsi que la prostitution.

Il faut savoir qu’à l’époque la prohibition interdisait l’alcool aux Etats-Unis, ce qui rend la ville de Mahagonny d’autant plus attractive.

Les principaux protagonistes sont les trois gangsters, Jim Mahoney un bûcheron venu d’Alaska, et sa maîtresse : une prostituée nommée Jenny. La principal intrigue de cet histoire, qui est aussi le dénouement final, est la condamnation à mort puis l’exécution de Jim Mahoney pour dette de jeu. La somme qu’il doit n’est pas colossale mais ses amis et sa maîtresse jenny refusent de lui prêter ( et ainsi de lui sauver la vie ) a cause de l’avidité qu’ont ceux-ci pour l’argent.

L’histoire révèle alors bien son but de dénoncer une société capitaliste, obnubilée par l’accumulation de richesses et montre jusqu’où cette obsession peut nous conduire : Ici, à un égoïsme caricatural.

Cet opéra n’est pas le plus connu de Weil, d’ailleurs, sa chanson la plus connue « Alabama Song » et souvent attribuée à une autre de ses créations ayant connue un plus grand succès  : L’Opéra de Quat’sous. Cette chanson est d’autant plus connue qu’elle a été reprise de nombreuses fois, notamment par The Doors ( elle apparaît dans leur premier album : The Doors sorti en 1967 ) ou par David Bowie . Dans l’opéra, la chanson est chantée par jenny et six autres prostituées alors qu’elles sont dans le désert à la recherche d’une ville où s’installer.

Mon avis après avoir vu une représentation au Capitole de Toulouse (2010), mise en scène par Laurent Pelly : « J’avais beaucoup aimé, même si j’apprécie d’autant plus avec du recul. L’œuvre elle-même est écrite de façon brillante, mais il faut un certain seuil de maturité pour l’apprécier de façon optimale. La mise en scène était très moderne pour les décors et les costumes, ce qui est d’habitude dangereux à mettre en place pour un metteur en scène, or ici ça ne choquait pas et même au contraire : c’était d’autant plus drôle, et on pouvait aussi grâce à ça faire un lien directe avec une ville réelle : Las Vegas. »

J.Q-T.

Laisser un commentaire